7 Mystic Words answers 7 Mystic Words Ivory 7 Mystic Words Bisque 7 Mystic Words Coral 7 Mystic Words Red 7 Mystic Words Beige 7 Mystic Words Plum
Exposition peinture Toulouse 2015 |CHILD| Exposition peinture Toulouse 2015 – Amina N'Diaye Leclerc

Exposition peinture Toulouse 2015

Exposition peinture à la Galerie Concha de Nazelle 2015 Galerie peinture Concha de Nazelle - Toulouse

Mr Michel Battle, critique d'art, s'exprime au sujet des peintures de l'artiste...

La peinture abstraite est aujourd’hui une forme de langage bien souvent plus suggestive si ce n’est plus compréhensible que bon nombre de « mythologies individuelles » qui nous sont données à voir dans l’art contemporain et dont les ego des artistes se déploient en toute complexité… Face aux œuvres de Amina N’Diaye, en apparence abstraites, c'est-à-dire absentes d’anecdotes et d’éléments du monde visible, nous entrons, par la peinture dans un drame vécu lors de son enfance et qui persiste et résiste au temps comme un témoignage direct et profond. Lorsqu’on sait qu’elle est la fille de l’homme politique Valdiodio N'Diaye qui négocia l’indépendance du Sénégal, on peut, certes, se remémorer ce que l’histoire officielle a dit de lui mais à l’éclairage de ce témoignage peint, douter et revisiter, si ce n’est « réviser » l’Histoire, le pourquoi de la réclusion de son père, douze années durant à Kédougou (1). « Kédougou », titre générique de ses peintures où comment parler de l’enfermement, de la condition humaine, des pouvoirs, de toutes les absurdités et de toutes les prédations dont l’homme est capable de par le monde. Peindre est pour Amina un engagement humaniste, ce qui ne lui empêche pas d’avoir des exigences avec sa pratique, son art se situe dans une contemporanéité affirmée tout en refusant en même temps les modes et les diktats du marché. Il faut savoir qu’elle a réalisé plusieurs films (2). Entre révolte et poésie ses œuvres dénoncent et surtout questionnent, il n’y a pas et il n’y aura jamais de réponses aux cris de l’injustice, aux privations de liberté, aux abus de pouvoir, aux tortures, à la misère des peuples, à la pensée dominante… Dans l'exposition des peintures, il y a des clefs qui ouvrent les portes de « labyrinthes de la solitude » comme l’écrivait Octavio Paz. Ces clefs ce sont les symboles élémentaires de la terre, du végétal, de l’écriture parfois, en un va et vient des deux côtés de l’Océan, une fusion et une effusion de cultures où le contenu africain pénètre le contenant occidental. Mais si l’expérience de la vie fut pour Amina colorée de bleus à l’âme et de brunes ecchymoses, son art qui témoigne, ne cherche pas la revanche mais coule dans une sérénité et un optimisme qui voudrait des lendemains qui chantent.

Michel Batlle Critique d'Art

Categories: Expositions, Peintures